L’espoir à mains nues

Un projet mené avec La Cimade de Montpellier Je me vis parfois comme une singulière ethnologue, j’aurais choisi un objet d’étude plastique, une population sans frontière, les migrants. Je travaille comme une forcenée à leur offrir un patrimoine imaginaire commun. Mais quelle forme lui donner sans trahir des cultures propres à chacun ? Un drapeau.Lire la suite « L’espoir à mains nues »

Publicité