adresse mail : sarahthiriet@yahoo.fr

Note situant les enjeux de ma recherche artistique

Je place au centre de ma réflexion plastique les déséquilibres psychiques et physiques liés aux mouvements migratoires. J’attache une attention particulière aux instants éphémères où le choix se fait et aux impulsions liées à ce choix. La courbe du temps d’un individu lui est propre et les points d’inflexion de cette courbe m’interrogent. Certaines problématiques m’ont animée particulièrement, celle de l’exil est récurante.

Volume et matière

Je choisis aujourd’hui pour l’essentiel des matériaux qui structurent l’ architecture contemporaine (béton, verre,métal) pour leur donner une présence organique. Le moulage et le modelage de fragments de corps ou le moulage de fragments d’arbres est à l’origine de chaque élément de mes installations. Le passage du verre de l’état solide à l’état visqueux pour revenir à l’état solide favorise cette prise d’empreintes. Le passage du béton de l’état liquide à l’état solide favorise lui aussi ces prises d’empreintes. Les matériaux solidifiés gardent en mémoire l’état liquide initial, et conservent une apparence fluide, constat essentiel étant donné ma quête perpétuelle de l’eau. L’eau traverse l’ensemble de ma réflexion. Fusion et solidification font donc entièrement partie de mon protocole expérimental.

L’expression empruntée à la physique thermodynamique transition de phase semble être le lien entre la matière, Bachelard et mes obsessions . Il s’agit en effet du passage d’un état à un autre; de liquide à gazeux, de gazeux à solide… moment où l’on bascule de l’un à l’autre, à une température donnée, sous une pression donnée.

Chaque sculpture est plurielle quant au choix des matériaux. Les uns piègent la lumière, d’autres la laissent passer, d’autres enfin la réfléchissent. Je crée ainsi des chemins de lumière qui confèrent une dynamique singulière à chaque structure.

J’attribue à chaque matériau une valeur symbolique et leur juxtaposition modifie leur sens ou le précise : le verre pour les espaces aquatiques, le béton pour les parties de corps, le métal pour la structure. Le verre confère fragilité et dangerosité, le béton saisit les intentions corporelles, le métal aiguise les perspectives et renforce l’idée de mouvement.

Mes sculptures sont toujours à même le sol, sans limite définie, insufflant à  ce plan le rôle d’étendue marine. Dans l’inconscient collectif, la surface de la mer est une illustration sensoriel du plan euclidien. Cette eau que l’on attend sur le sol et que l’on retrouve à des hauteurs variables dans chacun de mes travaux, c’ est une ellipse poétique pour évoquer la montée des eaux et les exils liés aux bouleversements climatiques.

Affirmation d’un geste : Rituels et performances dansées

Je suis le maître de cérémonie, ce rituel je le permets et je l’enregistre mais ce rituel, ce n’est pas moi qui le vit et c’est un choix.

L’existence même de ces rituels chargent les objets sculptures d’une histoire qui leur échappe, ils leur confèrent un statut de vestige. La présence de témoins participe de cette mémoire collective en construction autour de ces objets / sculptures.  Je réaffirme par ce geste ma motivation furieuse à contribuer au développement d’un patrimoine imaginaire.

Entre artefact et nature, un pensée animiste traverse l’ensemble de mes créations. Paysage, objet/sculpture et performeur sont à égalité. Chacun joue son rôle. Les objets induisent équilibre et déséquilibre latent chez le danseur, ils guident/conditionnent, le déplacement.

Travail de vidéaste

Concernant les prises de vue, deux choix s’opposent et se complètent: des plans fixes ou des plans resserrés sur le sujet suivant de très près son déplacement. La multiplicité de plans fixes donne au paysage la valeur de décor théâtrale, et l’esthétique des tragédies de la Grèce antique est propice à refléter cette heure grave où l’on quitte la terre natale.

Je choisis fin et début de journée, une lumière mouvante, une lumière de transition. Mes installations prennent souvent corps dans des zones d’interface, zone d’interface entre la terre et l’air, entre l’eau et l’air, entre la terre et l’eau, entre l’urbain et la nature. Ces surfaces de transitions accueillent l’équilibre fragile que je souhaite donner à mes  sculptures et à ces temps de pratiques rituels.

Ce travail de vidéaste recèle une composante indéniablement picturale: enchaînement de tableaux mouvants où compositions et textures paysagères structurent très fortement chacune des séquences.

Note situating the issues of my artistic research

My artistic research is built around materials that structure contemporary architecture (concrete, glass, metal) in order to give them an organic or mineral presence. Molding and modeling are at the origin of many elements of my installations.  The passage of glass from a solid state to a viscous state to return to a solid state promotes the stamp imprint.   The passage of the concrete from a liquid state to a solid state also facilitates the stamp imprint.  The solidified materials retain memory of the initial liquid state and keep a fluid appearance, an essential aspect, given my constant exploration of water.  Water traverses the entirety of my reflection.  Hence, fusion and solidification make up an integral part of my experimental protocol.  The expression borrowed from thermodynamic physics phase transition seems to be the link with the matter, Bachelard, and my obsessions.  In fact, it is the question of the passage from one state to another; from liquid to gaseous, from gaseous to solid…a moment of imbalance where one changes dramatically from one to the other, at a given temperature, under a given pressure.  Each sculpture is plural concerning my choice of materials.  Some capture the light, others let it pass through, still others reflect it.  Thus, I create pathways of light that confer a dynamic unique to each structure.

I attribute a symbolic value to each material and their juxtaposition modifies their meaning or clarifies it: glass for aquatic spaces, concrete for the parts of the body, metal for the structure.  Glass confers fragility and dangerousness, concrete grasps corporal intentions, metal sharpens perspectives and reinforces the idea of movement.

I mold bodies where tiny twists suggest both movement and disequilibrium.  Consequently, each position bears the mark of the preceding instant and the subsequent instant.  My artistic reflection is nourished as much by my own movement and that of others as by my sensitivity to migratory flow and individual gestures.

Working with 2D planes and the void between these planes affirms a state of disequilibrium.  I create zones of interface between the glass and the void, between air and water.

My installations often take shape in zones of interface, the zone of interface between land and air, between water and air, between land and water, between the urban and nature.  These transition surfaces shelter the fragile equilibrium that I strive to give to my sculptures.  I place at the center of my artistic reflection the psychic and physical disequilibrium tied to migratory movement.  I attach particular attention to the ephemeral moments when the choice is made and to the impulses tied to this choice.  The time curve of an individual is specific to him and the inflection points of this curve call out to me.  Certain problematics piqued my interest particularly, the one of exile is recurrent.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s